Romans

L’amie prodigieuse celle qui fuit, celle qui reste

IMG_1328

9/10

Hello tout le monde! J’ai enfin terminé le troisième tome de « l’amie prodigieuse: Celle qui reste et celle qui fuit ».

Pour Elena, comme pour l’Italie, une période de grands bouleversements s’ouvre. Nous sommes à la fin des années soixante, les événements de 1968 s’annoncent, les mouvements féministes et protestataires s’organisent, et Elena, diplômée de l’École normale de Pise et entourée d’universitaires, est au premier rang. Même si les choix de Lila sont radicalement différents, les deux jeunes femmes sont toujours aussi proches, une relation faite d’amour et de haine, telles deux sœurs qui se ressembleraient trop. Et, une nouvelle fois, les circonstances vont les rapprocher, puis les éloigner, au cours de cette tumultueuse traversée des années soixante-dix.

Comme pour les tomes précédents la couverture représente bien le cœur du livre: deux jeunes femmes représentant les deux protagonistes dans une ruelle type Italie (on ne sait pas si la photo a été prise en Italie mais c’est ce que cela nous évoque. Si ça tombe elle a été prise dans un coin méconnu de Finlande (rien à voir -_-‘) qui sait?). La couverture nous annonce la suite de l’histoire des deux amies. Dans le premier tome, nous sommes au cœur de Naples avec la rencontre, l’enfance et l’adolescence de Lila et Elena. Il nous offre l’opportunité de nous familiariser avec tous les personnages importants du quartier et de découvrir leur vie familiale à cette époque. Au cours du second, l’auteure développe l’histoire autour du mariage, de la vie de mariée et de jeune fiancée d’un point de vue extérieur à Elena puisque ces thèmes concernent Lila et d’autres filles du coin. Dans le troisième, cela change car cette fois-ci c’est de la vie de femme mariée d’Elena dont on est témoins. Elle va devoir gérer une vie de femme, de mère et d’écrivain en même temps, ce qui sera loin d’être évident pour elle. Un nouveau thème fait son apparition : la politique. On y voit des confrontations violentes entre communistes et socialistes mais également entre ouvriers et patrons.

IMG_1329
Nous ne connaissons que peu de choses de l’auteure, Elena Ferrante n’étant qu’un pseudonyme, sa véritable identité reste encore un mystère. Même si elle a révélé au cours d’une interview écrite que cette oeuvre était d’inspiration autobiographique nous avons l’impression de lire une autobiographie. Comme les deux tomes précédents, il m’a été difficile de lâcher le livre tellement l’envie de connaître la suite était forte. Je ne sais pas si c’est ce que vous avez ressenti à la lecture du tome mais n’hésitez pas à me faire part de votre avis.

Vivement la traduction du tome 4. Bisous. # Sian

Publicités
Romans

L’amie Prodigieuse: le nouveau nom

Hello!

Mon avis du jour portera sur le second tome de la série « L’amie prodigieuse » d’Elena Ferrante Chez Gallimard.

media-20170906
9/10 

Résumé :

Naples, années soixante. Le soir de son mariage, Lila comprend que son mari Stefano l’a trahie en s’associant aux frères Solara, les camorristes qui règnent sur le quartier et qu’elle déteste depuis son plus jeune âge. Pour Lila Cerullo, née pauvre et devenue riche en épousant l’épicier, c’est le début d’une période trouble : elle méprise son époux, refuse qu’il la touche, mais est obligée de céder. Elle travaille désormais dans la nouvelle boutique de sa belle-famille, tandis que Stefano inaugure un magasin de chaussures de la marque Cerullo en partenariat avec les Solara. De son côté, son amie Elena Greco, la narratrice, poursuit ses études au lycée et est éperdument amoureuse de Nino Sarratore, qu’elle connaît depuis l’enfance et qui fréquente à présent l’université. Quand l’été arrive, les deux amies partent pour Ischia avec la mère et la belle-sœur de Lila, car l’air de la mer doit l’aider à prendre des forces afin de donner un fils à Stefano. La famille Sarratore est également en vacances à Ischia et bientôt Lila et Elena revoient Nino.

media-20170906 (1)

Dans ce second opus, on continue à suivre la vie de nos deux amies napolitaines. Une fois de plus, l’auteure a su nous emmener au cœur de cette histoire. J’ai vraiment eu la sensation de la vivre d’être un témoin direct de leurs histoires. Cela a éveillé en moi une ribambelle de sentiments différents et contradictoires : exaspération, soulagement, injustice, énervement, pitié, tristesse, bonheurs, amusement… Bref, j’étais à fond dedans. Leur amitié peut rappeler à certains une amitié vécue, mais aussi peut-être une amitié espérée. Attention, cette dernière est loin d’être parfaite, mais peu importe elle est toujours présente. Un sentiment qui m’est le plus souvent revenu est une certaine exaspération face à l’inertie de Lenùccia (alias Elena). Il lui arrive des trucs pas croyables, affreux même et elle reste de marbre extérieurement et continue comme si de rien n’était, toujours en train de cacher ses sentiments. C’est admirable mais exaspérant également. Lila, quant à elle, reste fidèle à elle-même : obstinée et sûre d’elle. On peut dire que leur histoire à toutes les deux bouge beaucoup. On n’a pas le temps de s’ennuyer une seconde durant la lecture de ce tome. Il raconte leur fin d’adolescence et leur vingtaine. C’est une digne continuité du premier tome.

Pour toutes les personnes qui ont aimé le premier tome, vous allez adorer le deuxième.

Sian.

Romans

Fablehaven : Le Sanctuaire secret

fablehaven-01

9/10

Fablehaven écrit par Brandon Mull

Résumé :
À la suite de la mort de leurs grands-parents maternels, Kendra et Seth doivent partir quelque temps chez leurs grands-parents paternels, Stan et Ruth. Dès leur arrivée la bas, ils découvrent un lieu enchanté, dont leur grand-père est le gardien, peuplé de créatures féeriques mais aussi de terribles dangers. Ils devront alors empêcher une sorcière et un démon surpuissant de détruire le sanctuaire nommé Fablehaven.

Avis :
Fablehaven est un roman jeunesse que j’ai particulièrement aimé pour son originalité, son intrigue vraiment bien écrite mais aussi la facilité avec laquelle l’écrivain nous emmène dans son monde.

On se retrouve dans un univers ou des réserves d’animaux fantastiques sont cachées de tous mis à part leurs gardiens. Fan de créatures étranges et imaginaires faites vous plaisir.

C’est un roman jeunesse et certaines personnes n’apprécieront pas l’écriture qui pourrait être jugée enfantine. Personnellement, cela ne m’a pas choqué outre mesure. On est vraiment sur une écriture de qualité, j’ai déjà commandé la suite et je pense m’intéresser un peu plus aux autres récits de l’auteur.

Cet auteur d’ailleurs, m’était déjà connu car il a participé à l’écriture d’une autre série de roman jeunesse très appréciée: « Animal Tatoo » qui aura bientôt droit à une critique sur la chaîne.

Via Felicia et à la prochaine

Youwez

Romans

L’amie prodigieuse Elena Ferrante : Tome 01

A13862.jpg

Coup de ❤
                                                  9/10

Hello tout le monde! Aujourd’hui, je vais vous présenter un livre que j’ai beaucoup apprécié et je l’ai même dévoré. Il s’agit de « L’amie prodigieuse » écrit par Elena Ferrante et paru aux éditions Gallimard.

Naples, fin des années cinquante. Deux amies, Elena et Lila, vivent dans un quartier défavorisé de la ville, leurs familles sont pauvres et, bien qu’elles soient douées pour les études, ce n’est pas la voie qui leur est promise. Lila, la surdouée, abandonne rapidement l’école pour travailler avec son père et son frère dans leur échoppe de cordonnier. En revanche, Elena est soutenue par son institutrice, qui pousse ses parents à l’envoyer au collège puis, plus tard, au lycée, comme les enfants des Carracci et des Sarratore, des familles plus aisées qui peuvent se le permettre. Durant cette période, les deux jeunes filles se transforment physiquement et psychologiquement, s’entraident ou s’en prennent l’une à l’autre. Leurs chemins parfois se croisent et d’autres fois s’écartent, avec pour toile de fond une Naples sombre mais en ébullition, violente et dure. Des chemins qui les conduiront, après le passage par l’adolescence, à l’aube de l’âge adulte, non sans ruptures ni souffrances. Formidable voyage dans Naples et dans l’Italie du boom économique, L’amie prodigieuse trace le portrait de deux héroïnes inoubliables, qu’Elena Ferrante traque avec passion et tendresse jusqu’au plus profond de leur âme.

Elena Ferrante, dans son ouvrage, nous offre une écriture fluide, honnête et sans fioriture qui toutefois n’en reste pas moins magnifique et prenante. Cette manière d’écrire nous permet de vite rentrer dans l’histoire car nous avons la sensation d’être au cœur de l’action. J’ai trouvé ça intelligent de faire commencer l’histoire dans le présent et d’ensuite raconter le passé car cela permettait de se sentir en immersion complète et d’avoir l’impression que cette histoire est la nôtre. Je pense qu’il est facile de se l’approprier car des éléments de l’amitié entre Elena et Lina peuvent rappeler à chacun une amitié vécue. Deux amies qu’on aime et déteste à la fois à cause d’un certain mutisme. Mais cette amitié ne serait rien si elle n’avait pas été étoffée par des personnages secondaires délicieusement imparfaits tout comme nos deux protagonistes. Cette histoire se révèle être d’un réalisme époustouflant rappelant presque une biographie (je n’ai d’ailleurs sûrement pas été la seule à penser que c’était une biographie). Une fois le livre en main, il m’a été impossible de le lâcher. Cette semaine de lecture s’est transformée en voyage dans le temps où j’ai eu le privilège de découvrir Naples durant les années 50.

À tous les adultes: je pense que vous l’aurez compris, je vous recommande ce livre.

Je vous laisse, je vais filer acheter le second tome.

Bisous et n’hésitez pas à laisser des commentaires je me ferai un plaisir de vous répondre.

Sian.

Romans

Les Outrepasseurs 1: les héritiers

71Ls+znmCyL

 8/10

Hello tout le monde!

Vous êtes-vous déjà imaginé faisant partie d’une société secrète où les gens se transforment en animaux ? C’est ce que le jeune héro du livre « les Outrepasseurs 1 : les héritiers », écrit par Cindy Van Wilder, va vivre.

« – Jure-moi fidélité et je te protégerai. Nous le ferons tous.
– Nous ?
– Les Outrepasseurs. Tous ceux qui portent la Marque. Regarde ces jeunes gens. Voilà ta seule famille, à présent. Vous combattrez ensemble. (Il baissa le ton de sa voix.) Nos adversaires ne s’arrêteront jamais. Les fés nous pourchassent depuis huit siècles. Une éternité pour nous. Un instant pour eux. »

Peter, un adolescent sans histoire, échappe de justesse à un attentat. Il découvre que l’attaque le visait personnellement et qu’elle a été préméditée par de redoutables ennemis : les fés. Emmené à Lion House, la résidence d’un dénommé Noble, il fait connaissance avec les membres d’une société secrète qui lutte depuis huit siècles contre les fés : les Outrepasseurs. Ces derniers lui révèlent un héritage dont il ignore tout…

Comme nous le dit le résumé, Peter va effectivement rencontrer les membres d’une société particulière. Il va, à cet endroit, en apprendre plus sur sa famille mais aussi sur sa nouvelle vie. Pour être accepté dans cette société, il faut passer une épreuve. Et c’est celle-ci qui durera tout le bouquin. Attention, cela ne signifie pas que nous n’avançons pas dans l’histoire bien au contraire nous en apprenons énormément sur cette société et l’origine de leur malédiction. Pendant cette épreuve, il va être plongé dans les souvenirs des premiers maudits, de ses ancêtres. C’est donc l’histoire d’Arnaut, Niels, Fière, Pierre, Grimbert, Léonard et leurs épouses que nous allons vivre. Car il s’agit bien de vivre cette histoire. Nous sommes autant plongés dans leur vie que Peter car nous sommes directement pris par leur vie. C’est à partir de la première plongée que l’histoire commence réellement (pour moi).

J’ai adoré ce retour dans le temps avec toutes les découvertes que cela implique. L’auteure s’est bien renseignée sur l’époque afin d’être crédible ainsi que cohérente et le vocabulaire utilisé est précis. D’ailleurs, il faut préciser que les explications des références et vocabulaire utilisés permettent une compréhension complète de l’histoire mais également de s’imaginer celle-ci correctement. Je pense que ce récit est issu d’une imagination débordante car il en faut forcément pour en raconter autant sans perdre le lecteur.

Je conseillerais vivement cette lecture car les points négatifs sont minimes voire inexistants. J’ai eu un peu de mal à rentrer dans l’histoire mais une fois arrivée à la première plongée je n’ai plus su lâcher le livre. Seize ans semble être un âge correcte pour commencer cette œuvre.

Bisous

#Sian

Romans

Le père Noël assassiné

1507775_10200970528692204_1767164033_n

COUP DE ♥ !

Hello Otabookeuse / Otabookeur. Monavisportera sur un livre s’intitulant: »Le père Noël assassiné » de Kenneth B.Andersen.

La fête de Noël. Cela nous rappelle la chaleur d’un feu de bois, du chocolat chaud, des plats spéciaux, des décorations particulières, la famille et évidemment les cadeaux. Noël devrait nous évoquer également le partage, la générosité et le pardon.À notre époque, ces dernières valeurs ont été mises de côté et il est donc nécessaire pour certains de sauver Noël. Voilà ce que ce thriller de Noël essaie de nous faire passer comme message en mêlant tendresse, humour, suspense et moment trash.

Selon moi, ce livre est assez complet. En effet, il contient des moments tristes, d’autres qui font sourire, et certains qui inquiètent. De plus, l’auteur à réussi à mêler thriller et magie de Noël, car cette dernière n’est à aucun moment effacée, au contraire, elle est très présente. Tout au long du livre on a envie d’en savoir plus. Ce qui renforce ce sentiment est le fait que l’auteur nous balade d’un personnage à l’autre, d’un événement à l’autre.

Dés le commencement du livre, nous sommes plongé au cœur de l’action c’est-à-dire la mort du père Noël et des lutins. Mais heureusement, un lutin à survécu. Ce dernier va alors aller chercher des enfants capables de sauver Noël car eux n’ont pas oublié quelles étaient les valeurs de Noël et ont toujours été sages. Mais sauver Noël ,ne s’avérera pas si simple car leur ennemi est doté d’une magie noir puissante et d’un grand sens de la cruauté.

Je recommande vivement ce livre mais précise que certains passages peuvent choquer les plus jeunes.

N’hésitez pas à laisser des commentaires.

Bisous #Sian


Romans

Lady Helen et le club des mauvais jours

le-club-des-mauvais-jours

Hello Otabookeur / Otabookeuse ,

COUP DE COEUR ♥  ( Par Alison Goodman )

On croyait que le début du 19e siècle était calme,que les femmes étaient superficielles , sans droit mais avec beaucoup de devoirs. Lady Helen et le club des mauvais jours prouvent que non . D’une vie basée sur des réceptions , des promenades , des bals , apprendre à combattre les monstres dissimulés en Angleterre n’est pas de tous repos . Elle va se découvrir certains dons insoupçonnés auparavant et apprendre également à vivre avec.Ces dons c’est Lord Carlston qui va les lui faire découvrir et lui montrer que tout les anglais en apparence humains ne le sont pas. Mais vous vous doutez bien qu’une vie de ce genre pour une femme de cette époque ne sera pas facile à vivre …….

Ce livre est génial. Il m’a pris un peu plus de temps à lire car il est assez épais mais ne soyez pas effrayé par son épaisseur. Une fois qu’on est plongé dans le livre , il est difficile de devoir le reposer. Ce livre nous emmène au début du 19e siècle toutefois, il respire la modernité et plus particulièrement le personnage de Lady Helen. En effet, cette dernière a trop de caractère pour l’époque et n’a pas le physique qui convient aux normes de beauté de l’époque. Malgré la modernité du livre, l’ambiance du 19e siècle est très bien respectée et cela grâce aux recherches effectuées par l’auteure.

Je conseille vivement ce livre.

Bisous à tous , #Sian